> Le cadre > Vacances en Camargue

Histoire de la Camargue
Histoire de la Camargue
Paysages de Camargue
Les paysages de Camargue sont nombreux : désert de sel, terres agricoles, prairies pour l’élevage, marais salants, étangs, plages, sites naturels protégés ou poussent une végétation adaptées à la salinité comme la saladelle.
Faune et Flore
Découvrez la Faune et Flore Camarguaise
Le cheval Camarguais
Le cheval Camarguais est et demeure l’un des emblèmes de la région.
Produits de Camargue
Les produits de Camargue
Traditions
Traditions et mœurs de Camargue
A voir en Camargue
A voir en Camargue

La Camargue (en occitan provençal: [kaˈmaʀgɔ], Camarga selon la norme classique ou Camargo selon la norme mistralienne) est l’espace marécageux formé par le delta du Rhône.

C’est un espace terrestre de 145.300 ha au sud de la France, situé géographiquement entre les deux bras principaux du delta du Rhône et de la mer Méditerranée. On peut l'étendre à l'Est jusqu'à la plaine de la Crau, à l'ouest jusqu'à Aigues-Mortes et au nord jusqu'à Beaucaire. Elle s'étend donc sur les départements des Bouches-du-Rhône et du Gard.

On distingue ainsi 3 parties :

  • la Petite Camargue à l'ouest du Petit-Rhône,
  • la Grande Camargue, entre les deux bras du Rhône,
  • le Plan du Bourg, à l'est du Grand-Rhône.

En son centre se trouve l'étang du Vaccarès, la partie située le long de la mer est bordée d'étangs salés. La Camargue se trouve essentiellement dans le territoire des communes d'Arles, qui est de ce fait la plus vaste commune de France métropolitaine, des Saintes-Maries-de-la-Mer et de Salin-de-Giraud. Cette région est composée de deux parties : le nord avec des terres agricoles et le sud composé de marais et de plans d'eau salée qui forment un écosystème particulier. Cet écosystème présente une végétation principalement composée de salicornes et de plantes halophiles (c'est-à-dire des plantes qui supportent l'eau salée) comme la saladelle.

C'est également un domaine d'élevage de chevaux et de taureaux, de culture du riz et d'exploitation du sel (marais salant).
Cette faune et flore particulières ont entrainé la création d'une réserve naturelle nationale sur 13 117 hectares (1927) et d'un parc naturel régional sur 30 000 hectares (1970).
L'évaporation annuelle est plus importante que l'apport pluvieux, le fleuve apporte la différence évitant ainsi à la région d'être brûlée par le sel.